Ces éleveurs laissent mourir leurs chiots dans des conditions révoltantes. La justice les rattrape

ADVERTISING

En novembre 2016, Bernadette Nunney et John Wilcock, deux éleveurs originaires de Bradford, en Angleterre, ont été déclarés coupables de négligence envers des animaux placés sous leur protection. Les faits remontent à septembre 2015.

 

Au total, 43 chiens ont été saisis sur la propriété, sur laquelle les prévenus avaient installé une "usine à chiots", où les animaux étaient traités comme de simples marchandises. Le couple a été condamné à 20 semaines de prison avec sursis, une amende de 500 livres (environ 580€) et une interdiction à vie de posséder des chiens.

 

puppyfarm-bradford-4Source : RSPCA/Guzelian

 

Officiellement, les chiots étaient élevés dans une résidence familiale. En réalité, ils étaient sous-alimentés, enfermés dans des cages en acier et en briques, n'avaient pas de litière, et étaient forcés de vivre au milieu de leurs propres déjections.

 

Ces conditions de vie déplorables ont causé chez les chiots de nombreux problèmes physiques et comportementaux. Un grand nombre d'entre eux ont ainsi contracté le parvovirus, une pathologie extrêmement contagieuse qui affecte les intestins et le cœur, et en sont décédés par manque de soins et de vaccinations.

 

puppyfarm-bradford-5Source : RSPCA/Guzelian

 

Preuve d'une négligence extrême, le corps sans vie de plusieurs chiots emportés par cette affection ont été retrouvé dans une brouette.

 

Les dépouilles des animaux étaient ainsi empilées les uns sur les autres lorsque l'association britannique de défense des animaux Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA, l'équivalent de la SPA en France) est intervenue.

 

(Attention, certaines images sont difficiles)

 

puppyfarm-bradford-11Source : RSPCA/Guzelian

 

L'un d'eux était encore en vie quand l'association est arrivée, mais il était étouffé par le poids des autres et avait beaucoup de mal à respirer. Il a immédiatement été emmené chez le vétérinaire, mais il était trop tard, il n'a malheureusement pas survécu.

 

Emma Ellis, une membre de la RSPCA, décrit avec horreur ce qu'elle a vu à la BBC :

 

Ce que j'ai vu ce jour-là me hantera toute ma vie. Voir ce chiot encore en vie, enterré sous les corps sans vie des autres chiots… Et nous n'avons rien pu faire pour le sauver. Ces animaux sont morts d'une façon horrible, et cela montre bien que ces gens les considèrent comme des marchandises. C'est tout simplement inacceptable.

 

puppyfarm-bradford-9Source : RSPCA/Guzelian

 

L'association avait reçu plusieurs signalements de clients mécontents qui avaient déclaré que leurs chiots étaient morts peu de temps après avoir été achetés. Ian Briggs, un autre membre de l'association, témoigne :

 

Dans certains cas extrêmes, leur nouvel animal de compagnie est décédé quelque jours seulement après avoir été ramené à la maison.

 

Une équipe de l'émission Rogue Traders, sur la BBC, a également mené une enquête sur l'élevage. Elle a envoyé un reporter sur place pour acheter un chiot, un Lhasa Apso nommé Gizmo.

 

Carrie Evans, une spécialiste du comportement animal, a examiné le chien et s'est rendue compte qu'il était en mauvaise santé et extrêmement craintif.

 

dog-gizmo-1Source : RSPCA

 

Elle explique que le chiot était couvert d'urine et d'excréments, et que son poil blanc naturel était devenu "crème" à force de vivre dans ses propres excréments. Ce n'est qu'après un bain que sa véritable couleur est ressortie :

 

Il était très maigre, avait des vers, une infection intestinale et des oreilles infectées. À cause de l'élevage catastrophique, Gizmo souffre de graves malformations dans les jambes, et ses pieds peuvent parfois se tourner dans le mauvais sens. Mais il a également une mâchoire trop petite.

 

Par chance pour Gizmo, Carrie Evans a décidé d'adopter Gizmo. L'histoire se termine bien pour lui, et pour les autres chiots qui seront soignés avant d'être adoptés.

 

puppfarm-bradford-10Source: RSPCA/Guzelian

 

Dans un rapport, l'association RSPCA estime qu'environ 400 000 chiots qui arrivent sur le marché britannique proviennent d'éleveurs sans licence, contre seulement 3 000 provenant d'associations.

 

En France aussi, les refuges sont peuplés d'animaux adorables qui attendent de retrouver une famille aimante. Adoptez, n'achetez pas ! Il est en effet dommage d'en faire venir d'autres au monde dans le seul but de les vendre. Les animaux ne sont pas des marchandises démodables. Adopter c'est sauver deux vies, celle de l'animal que vous accueillez chez vous, et celle de celui qui trouvera une place libre dans un refuge.

 

Si le sujet vous touche, vous pouvez aider la SPA qui gère 55 centres d’accueil en France et vous trouverez la liste de tous les refuges sur le site de 30 Millions d’Amis.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

 

* * *

 

Sur le même sujet

48 Labradors affamés sauvés de l’élevage de la honte

 

aspca-rescues-50-labradors-cover

ADVERTISING