Ces dauphins étaient retenus prisonniers dans la piscine d’un hôtel pour des « séances thérapeutiques »

PUBLICITE

Le 27 février 2018, le journal britannique MailOnline a dévoilé l'existence d'un delphinarium situé dans la piscine du sous-sol d'un complexe hôtelier en Arménie. Les animaux qui y étaient retenus dans des conditions déplorables étaient utilisés dans le cadre de "séances thérapeutiques" proposées aux clients de l'hôtel. L'association Marine Connection est intervenue pour secourir ces mammifères en danger.

 

Source : North Downs Picture Agency

 

Retenus en captivité dans le sous-sol d'un hôtel, situé à côté du Best Western Paradise Hotel Dilijian, non loin de la capitale arménienne Yerevan, les dauphins étaient utilisés pour des séances thérapeutiques – appelées Dolphin Assisted Therapy, ou DAT – destinées aux enfants souffrant de troubles du comportement.

 

Les dauphins auraient des vertus curatives

 

Selon les responsables de ce programme, côtoyer des dauphins et nager avec eux permettrait d'améliorer l'état général des enfants atteints de troubles psychologiques tels que l'autisme, l'hyperactivité ou encore la trisomie 21. La brochure qui présente cette activité évoque notamment les bienfaits suivants :

 

Au cours des séances, la production d'endorphines s'accroît considérablement, ce qui permet d'harmoniser le système nerveux et d'améliorer la vision que les enfants ont de leur environnement.  […] Lorsqu'ils nagent avec les dauphins, les enfants sont plus positifs, ce qui permet de rétablir et de renforcer leur système immunitaire.

 

Et bien que ces soit-disant bienfaits soient appuyés par les responsables du programme, qui prétendent pourvoir soulager une multitude de pathologies, allant de l'autisme au cancer, les experts s'accordent à dire que tout cela n'a jamais été prouvé.

 

Une forme de thérapie contestée par les experts

 

Qualifiée de "douteuse", cette activité qui revêt le nom de "thérapie" n'aurait en réalité pas plus d'effets qu'une séance de jeux avec un chiot. C'est ce qu'affirme Lori Marino, neuroscientifique à la Emory University à Atlanta, en Géorgie (Etats-Unis), qui étudie les dauphins et les baleines depuis 25 ans :

 

Les dauphins ne sont pas des guérisseurs. Ce sont des prédateurs intelligents et sociables, et ils ne devraient pas être utilisés pour "guérir" les gens malades. Des milliers de gens se rendent dans ces endroits, et ils n'obtiennent pas plus de résultats qu'avec un chiot.

 

Dans le meilleur des cas, semblerait-il, l’interaction avec les dauphins serait bénéfique à court terme dans la mesure où elle procure un effet de bien-être dû à l'environnement nouveau et à l'effet placebo qui agirait comme un stimulant.

 

delphinarium arménieSource : Roger Allen

 

Mais au-delà de cette escroquerie manifeste, c'est la santé des dauphins qui est largement remise en question par les défenseurs de la cause animale.

 

Des conditions de vie alarmantes aux conséquences graves

 

Interdits au Royaume-Uni il y a près de vingt ans, les delphinariums sont largement contestés par les militants de la cause animale en raison de la qualité de vie qu'ils offrent à ces mammifères marins. L'association britannique Marine Connection, qui lutte pour la protection des dauphins et des baleines à travers le monde, a été un élément clef dans la fermeture de ces établissements au Royaume-Uni, et aujourd'hui en Arménie.

 

delphinarium arménieSource : Facebook/Liana Davoyan

 

Les dauphins qui vivent en captivité subissent un stress considérable tout au long de leur vie, et ce en raison de leur environnement qui est physiquement, socialement et psychologiquement inadéquat. Un bassin construit à l'échelle humaine, très peu de congénères et une interaction forcée avec les humains, voilà autant de facteurs qui contribuent au mal-être de ces animaux dont la place est dans la nature.

 

Située dans un sous-sol, la piscine qui abritait ces dauphins n'accueillait pas non plus, ou très peu, la lumière du jour. Un confinement inhumain aux lourdes conséquences sur cette espèce, confirme Lori Marino :

 

Les résultats sont dévastateurs. Le stress conduit à un dysfonctionnement du système immunitaire. Ces dauphins meurent souvent des suites d'ulcères à l'estomac, d'infections, et autres maladies liées au stress. Et ce qui n'aide pas, c'est qu'on leur donne souvent des laxatifs et des anti-dépresseurs dans leur nourriture.

 

Pour l'heure, Margaux Dodds, directrice de Marine Connection, s'interroge sur la provenance de ces dauphins. Selon elle, l'absence de marquage sur les animaux indiquerait qu'ils ont été capturés à l'état sauvage, contrairement à leur certificat qui indique qu'ils proviennent d'un delphinarium situé en Russie, sur les bords de la mer Noire. Elle s'est exprimée à propos de l'affaire :

 

Ce sont des mammifères marins sauvages, pas des animaux de compagnie. Nager avec eux n'a absolument aucun effet positif. Les dauphins vivant en captivité vivent malheureux et moins longtemps.

 

Les dauphins secourus seront relogés dans un aquarium de Russie après la fermeture de la piscine.

 

delphinarium arménieSource : North Downs Picture Agency

 

Le mois dernier, le parc aquatique japonais Inubasaka Marine Park fermait ses portes en raison d'une baisse de la fréquentation et du manque de soins vis-à-vis des animaux.

 

En France, de nombreux parcs retiennent encore des cétacés, comme le Marineland d’Antibes ou le Parc Astérix. Il existe divers moyens d’agir. Diffuser l’information est capital, tant une grande partie du public ignore encore les conditions de vie des animaux dans ces parcs. Vous pouvez également signer cette pétition qui demande la fermeture du parc Marineland.

 

PUBLICITE