Ce zoo de la honte admet nourrir ses animaux avec les cadavres des autres pensionnaires. Les associations s’indignent

ADVERTISING

Un propriétaire de zoo chinois est sous le feu des critiques depuis quelques jours pour avoir nourri ses animaux à l'aide de carcasses provenant d'autres pensionnaires du zoo, comme le rapporte le journal Daily Mail. Tan Decai n'est pas seulement le propriétaire du parc Wanzhou situé à Chongqinq, dans le sud-ouest de la Chine. Il prend également en charge le nettoyage de l'établissement et le soin des animaux, tout en endossant les costumes de vendeur de tickets, vétérinaire et guide.

 

zoo-china-starving-1Source: news163

 

L'homme a reconnu avoir nourri les animaux de son zoo en utilisant les cadavres d'autres bêtes décédées derrière les barreaux de leur cage. Si certains utilisateurs défendent le travail de Tan Decai, d'autres, outrés par ses agissements, réclament le transfert des animaux survivants vers un sanctuaire, pour leur permettre d'échapper à leurs terribles conditions de vie.

 

zoo-china-starving-2Source : news163

 

Le zoo de Tan Decai accueille pour le moment environ 20 animaux, dont un ours noir, un chameau, une lionne et un singe. L'homme vend les tickets pour environ 1,42 euro l'unité.

 

zoo-china-starving-11Source : news163

 

Une autruche du zoo a récemment été attaquée et tuée par un chacal, après s'être approchée un peu trop près de la clôture. Tan Decai n'a bien sûr rien pu faire pour empêcher l'attaque, mais l'homme a décidé de donner les restes de l'autruche à la lionne du zoo. D'après lui, "ça ne sert à rien de gaspiller de la bonne viande".

 

zoo-china-starving-10#Source: news163

 

Des journalistes ont pris quelques photos montrant Tan provoquant le félin de 20 ans, étendu dans sa cage de 60m². D'autres animaux sont également enfermés dans des enclos bien trop petits pour eux : des singes, des renards ou encore d'autres autruches.

 

zoo-china-starving-3Source : news163

 

Tan Decai s'est défendu en arguant que le singe s'était montré "trop méchant", et qu'il avait donc été placé dans une petite cage.

 

zoo-china-starving-9Source : news163

 

L'homme a également confié que sa femme ne travaillait pas chez lui, et que ses enfants, adultes, refusaient de le voir. Tan ne semble pas en faire grand cas et a déclaré aux journalistes :

 

Le concept de famille m'importe peu. Je suis ici depuis tant d'années.

 

zoo-china-starving-4Source : news163

 

Tan Decai a récemment engagé un homme pour l'aider à s'occuper du zoo. L'employé, payé moins de 310 euros par mois, est actuellement en convalescence après s'être blessé et son avenir au sein de l'établissement reste incertain.

 

zoo-china-starving-5Source : news163

 

L'argent tiré des ventes de billets sert à acheter de la nourriture pour les animaux avant tout, mais les profits restent limités, et Tan dépense environ 550 euros par mois pour nourrir les pensionnaires de son zoo. En raison de ses difficultés financières, l'homme achète des poulets pour le lion et l'ours noir, poulets qu'il nourrit ensuite de restes de légumes et de riz.

 

zoo-china-starving-6Source : news163

 

Tan Decai n'a pas été épargné par les utilisateurs de la plateforme chinoise news163 :

 

Comparé aux animaux qui vivent dans les cages, cette personne est une bête. Pourquoi tout ça n'est pas interdit ? Il est l'exemple même de la nature mauvaise de l'humanité.

 

zoo-china-starving-7Source : news163

 

Sur le site Weibo, un utilisateur a proposé une solution en prenant en compte le bien-être des animaux :

 

L'insulter ne va pas aider cet homme. Il faudrait l'aider pour s'occuper de ces animaux.

 

zoo-china-starving-8Source : news163

 

Elisa Allen, directrice de PETA UK, a déclaré :

 

Du point de vue des animaux, les zoos – que ça soit celui d'un seul homme ou un établissement rempli de personnel – sont des prisons où ils n'ont pas accès à tout ce qui est naturel et important pour eux, et où ils doivent passer chaque jour comme des expositions vivantes. Les gens qui payent pour voir ces animaux enfermés dans des cages payent pour prolonger leur malheur.

 

La branche asiatique de la PETA a pris contact avec Tan Decai lorsque cette tragique histoire s'est propagée sur la toile, et à l'heure actuelle, il semble que le transfert des animaux vers un sanctuaire soit en bonne voie.

 

Si ces animaux vont donc enfin pouvoir prendre une retraite bien méritée hors de leurs cages trop étriquées, des millions d'autres sont encore prisonniers d'établissements cherchant avant tout le profit.

 

En France, l’association Code animal, qui milite pour l’abolition des zoos et de toute forme de captivité animale, a mis en place un « carnet noir des zoos » pour répertorier tous les parcs où des « événements marquants touchant les animaux » ont eu lieu, comme des vols, des décès anormaux ou des accidents.

 

Pour consulter le carnet noir des zoos, cliquez ici.

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d'accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d'alimentation ultra-premium livré en 1h (sur invitation seulement). Merci de nous faire confiance !

* * *

 

Sur le même sujet

 

Cette poignante photo résume à elle seule le sort tragique des animaux de zoo

 

ADVERTISING