Ce jeune chat est rentré de sa promenade avec un pic à brochette planté dans le crâne

ADVERTISING

(Attention, certaines images sont difficiles)

 

Ce mercredi 13 septembre, c'est avec horreur et incompréhension qu'Olivier Morlain, un habitant de Saint-Quentin (Aisne) a vu revenir son chat Chamallow de sa promenade quotidienne avec un pic à brochette en bois planté dans la tête. Lui et sa compagne témoignent :

 

Entre le moment où nous avons ouvert la fenêtre et notre départ chez le vétérinaire, il ne s’est pas passé deux minutes.

 

 Source : Courrier Picard

 

Sans hésiter une seconde, il a emmené le jeune animal âgé de 18 mois chez le vétérinaire pour le sauver. Le pic à brochette, d'une dizaine de centimètres, était entré par l'oreille et était ressorti par le palais. Bien qu'abasourdi, Chamallow ne semblait pas en grave danger.

 

Une fois chez le médecin, le chat a été inspecté avant d'être opéré dans l'après-midi. Le pic à brochette, qui s'était brisé à l'intérieur du crâne de Chamallow, a pu être retiré sans souci, mais il est possible qu'il garde des séquelles à vie. En effet, son tympan droit a été percé, mais les dégâts ont heureusement été limités.

 

Source : Courrier Picard

 

Si Chamallow pourra reprendre une vie normale malgré ce lourd traumatisme, ses propriétaires et le médecin s'interrogent sur la façon dont une telle blessure a pu se produire. L'acte semble volontaire, puisque le pic à brochette a été inséré par le bout non-pointu.

 

Il paraît donc invraisemblable que Chamallow se soit retrouvé accidentellement dans une telle situation. Pour en savoir plus sur cette triste histoire, ses propriétaires ont décidé de porter plainte au commissariat, et une enquête a été ouverte.

 

Source : Courrier Picard

 

En attendant, Chamallow se remet calmement de ses blessures auprès de sa famille, et il sera très bientôt prêt à retourner faire ses promenades quotidiennes. Cependant, ses propriétaires ainsi que les autres habitants du quartier vont certainement garder un œil plus attentif sur les compagnons pour éviter une autre situation similaire.

 

Source : Courrier Picard

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING