Captivité : 3000 dauphins dans des parcs de loisir

ADVERTISING

Au début du mois de novembre 2019, l’association World Animal Report a publié un rapport alarmant sur les dauphins captifs à travers le monde. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les chiffres font froid dans le dos, comme l’explique le journal Ouest France.

 

Source : Audrey Ricq

 

En effet, il existe, à l’heure actuelle, plus de 3000 dauphins prisonniers de 336 parcs animaliers recensés dans 54 pays. Un quart d’entre eux, 707 très exactement, se trouvent en Chine. Suivent le Japon, avec 497, et les États-Unis, avec 400. En France, on compte 32 dauphins captifs, propriété du Parc Astérix, du Marineland d’Antibes et de Planète Sauvage à Port-Saint-Père.

 

Si les trois établissements français sont souvent la cible des associations de défense des animaux, c’est loin d’être le cas dans de nombreux pays, où les lois en matière de protection animale font défaut, comme en Chine. Les dauphins captifs sont de véritables mines d’or pour les parcs et chaque individu rapporterait entre 1,1 et 5,5 millions de dollars.

 

Source : Parc Astérix

 

Mais quelle vie pour les animaux ? Contraints à faire des spectacles, à nager avec les visiteurs, à prendre la pose le temps d’un selfie, ils évoluent dans des espaces réduits qui ne répondent absolument pas à leurs besoins naturels de liberté.

 

En France, les mentalités évoluent cependant, et de plus en plus de personnes se montrent réticentes à l’idée de visiter des établissements possédant des animaux captifs. Malheureusement, ceux-ci ne peuvent être remis en liberté, désormais totalement inadapté à la vie en milieu naturel. Les associations plaident pour un agrandissement des bassins et dans l’idéal, le placement dans de grands sanctuaires marins adaptés. Des demandes pour le moment restées sans réponse.

ADVERTISING