Calvados : un chien tué d’un coup de pied

PUBLICITE

Edito, un petit Cairn Terrier, a trouvé la mort dans des conditions dramatiques à Villerville, dans le Calvados, comme le rapporte le site Actu.fr. Les faits se sont déroulés le 19 septembre 2021, sur la plage.
 
Kathy promenait Edito et son autre chien, Loustic, lorsqu’elle a croisé un couple. Les chiens étaient tenus en laisse, mais Edito a réussi à échapper à sa maîtresse et à s’approcher. Le couple promenait également un chat en laisse, qui a pris peur en voyant Edito. Celui-ci s’est aussi mis à grogner.
 

Source : DR

 
Kathy s’est aussitôt approchée pour récupérer son chien, mais le propriétaire du chat a mis deux coups de pied à Edito avant qu’elle ait pu faire quoi que ce soit. Kathy confie, sous le choc et encore très émue :

 

Il a fait un vol plané d’au moins 3 mètres, et j’ai vu mon chien retomber sur le sol, inerte. Je ne comprends pas pourquoi l’homme n’a pas pris son chat dans les bras puisqu’il était en laisse, pour le protéger, même si Edito ne lui aurait pas fait de mal. C’était un gentil chien plein d’amour, qui n’a jamais mordu personne.

 
Kathy poursuit que la compagne de l’homme a elle aussi pris peur en voyant Edito inerte.
 

Je l’ai entendu dire, « je crois que le chien ne bouge plus ! », et l’homme de répondre : « j’en ai rien à foutre, il peut crever ».

 

Source : DR

 
Kathy prend l’homme en photo, par réflexe, puis demande de l’aide autour d’elle. Deux personnes l’ont aussitôt emmenée jusqu’à une clinique vétérinaire. Hélas, Edito était déjà mort : les coups ont provoqué une hémorragie interne. D’après la police, le coupable a pu être identifié grâce à la photo de Kathy.
 

Je vais porter plainte contre lui pour que justice soit faite, et qu’on fasse notre deuil. Mais les images continuent de passer en boucle. Alors, on doit rester dans l’action.

 

Kathy souhaiterait également retrouver les deux personnes qui l’ont aidée. Elle conclut :

 

Cet élan de solidarité et d’humanité qu’on rencontre depuis l’incident ça fait chaud au cœur. Nous voudrions remercier ces deux personnes qui me sont venues en aide, qui étaient âgées d’une trentaine d’années et originaires de Granville, je crois.

PUBLICITE