Bretagne : un cheval égorgé

PUBLICITE

Un cheval a été retrouvé égorgé le 18 août 2020 à Plouzélambre, dans les Côtes-d’Armor, comme le rapporte le site d’informations France 3. Un autre, à Lannion, a eu les oreilles mutilées, mais a heureusement gardé la vie sauve.

 

Ce sont les propriétaires du pur sang égorgé qui ont retrouvé le cadavre de l’animal au petit matin. Ils expliquent :

 

On a découvert le cheval de notre fille dans la matinée mardi. Il était allongé dans le champ à côté de notre ferme. Quand on s’est approché, on a constaté qu’il avait été égorgé.

 

Il apparaît très clair que l’animal était visé, car les génisses, qui se trouvaient dans le champ avec lui, ont été épargnées. Le couple de propriétaires n’a rien entendu. Il a décidé de déposer plainte auprès de la gendarmerie.

 

A FAIRE TOURNER
Notre cheval s’est fait entailler les oreilles à deux reprises dans le champs qui est collé à notre…

Publiée par Elodie Ollivier sur Mardi 18 août 2020

 

À Lannion, un équidé a eu un peu plus de chance, même s’il a subi un acte de cruauté inqualifiable. La propriétaire du cheval explique :

 

Notre cheval s’est fait entailler les oreilles à deux reprises dans le champ qui est collé à notre maison. [Les policiers] font des rondes dans le secteur de Lannion Buhulien.

 

Ces deux agressions viennent-elles s’ajouter à toutes celles recensées en France depuis plusieurs mois et qui visent des chevaux ? Plus d’une dizaine d’entre eux ont été retrouvés morts. Les affaires présentent des similitudes étranges : oreille sectionnée après la mort, mutilations génitales, yeux arrachés. À l’heure actuelle, toutes les hypothèses sont envisagées, du rite satanique au défi sur Internet.

 

Aucune enquête au niveau national n’a encore été lancée, les gendarmeries locales s’occupant encore des cas. Serge Lecomte, le président de la Fédération Française d’équitation s’est dit « horrifié devant ces actes de cruauté qui se multiplient ». Il demande par ailleurs aux :

 

personnes concernées ou disposant d’informations sur ces affaires à s’adresser aux services de Gendarmerie ou de Police de leur domicile.

PUBLICITE