Bretagne : des chats tués par des chiens de chasse

PUBLICITE

Lundi 20 septembre 2021, une meute de chiens de chasse a fait irruption dans un lotissement résidentiel à Laillé, près de Rennes (Ille-et-Vilaine). Selon les informations du site France Bleu, deux chats ont été tués. Un troisième a été blessé.
 

Stéphane, témoin de la scène, explique qu’il a trouvé un chat entouré par de nombreux chiens. Il a alors réussi à s’interposer pour récupérer le félin, couvert de bave et de sang. Il a ensuite repéré un autre chat, acculé dans un jardin dans lequel plusieurs chiens ont sauté. Armé de son bâton de marche, Stéphane a nouveau écarté les animaux. Le chasseur propriétaire de la meute, dont il avait perdu le contrôle, lui aurait alors demandé de ne pas toucher les chiens.
 

Hélas, les deux chats sauvés par Stéphane, prénommés Kiki et Berlin, n’ont pas survécu à leurs blessures. Un troisième a pu être sauvé. Les chiens, des Beagles, participaient à une chasse au sanglier privée dans un champ voisin.
 

Source : Pixabay

 

Françoise Louapre, la maire de Laillé, a expliqué que plusieurs habitants du lotissement, très choqués par la scène, l’avaient contactée. Du côté de la fédération de chasse d’Ille-et-Vilaine, on minimise l’affaire :

 

C’est embêtant, mais c’est la dure loi de la nature.

 
Les propriétaires des chats ont également expliqué que les gendarmes n’avaient pas voulu prendre leur plainte.

 

On nous a dit qu’il fallait régler ça à l’amiable avec le chasseur.

 

D’après la mairie, les autorités auraient en effet conclu à une bagarre entre animaux de compagnie. Mais depuis le drame, la mairie de Laillé est prise pour cible par de nombreux internautes, qui l’accusent de complicité en autorisant la tenue de ce type de chasse. Françoise Louapre a tenu à se défendre :

 

Je suis attaquée sur des mensonges. Je ne suis pas chasseuse, je n’ai jamais organisé de chasse privée et je ne suis ni pro-chasse, ni anti-chasse.

 

Source : Pixabay

 

Même si elle a expliqué vouloir trouver des solutions, elle a rappelé que l’affaire relevait malheureusement du droit privé et que la mairie ne pouvait intervenir. Cet incident prouve cependant une nouvelle fois l’impunité dont semblent jouir certains chasseurs. Alors que les Français n’ont jamais été aussi nombreux à désapprouver la pratique, les chasseurs continuent à l’imposer, prétextant la tradition. Ils sont par ailleurs courtisés par de nombreux politiques, qui voient en eux un lobby puissant. L’approche de l’élection présidentielle de 2022 ne va sans doute pas améliorer les choses.

 
Holidog, en partenariat avec Pet Alert, se mobilise contre la chasse. Signez la grande pétition qui demande une grande réforme générale de la chasse, à commencer par l’interdiction de plusieurs pratiques, dont la chasse à courre.

PUBLICITE