Bayonne : les corridas pourront se poursuivre

PUBLICITE

Alors que la Société Protectrice des Animaux avait saisi la justice pour faire interdire la corrida dans la ville de Bayonne, les juges ont estimé qu’au contraire, l’activité pouvait se poursuivre, comme le rapporte le site d’informations 20 Minutes.

 

Le torero Jean-Baptiste Jalabert , dit Juan Bautista, ainsi que le gérant des arènes de la ville avaient été cités à comparaître par l’association devant le tribunal correctionnel de Bayonne.  Ils comparaissaient en tant que complices pour « sévices graves et actes de cruauté envers un animal ». La première audience s’était tenue en septembre 2020.

 

Pour se défendre, le torero, ainsi que la ville de Bayonne et le gérant, avaient simplement cité le Code pénal qui exclut des sévices les courses de taureaux. En effet, il s’agit d’une tradition locale ininterrompue aux yeux de la loi.

 

Source : Pixabay

 

Et c’est bien cette tradition qui a fait pencher l’avis du tribunal en faveur des adeptes de la tauromachie, alors même que la SPA faisait valoir l’opposition grandissante des Français face à cette pratique. Le tribunal a conclu :

 

Considérer l’opinion de la majorité pour ne pas reconnaître l’évidence à Bayonne de la vivacité de la tradition tauromachique et la fréquentation des arènes lors des courses de taureaux, serait contraire à l’article 7 de l’article 521-1 du Code pénal.

 

Me Philippe Moriceau, avocat de la ville, a déclaré :

 

Cela relève d’un esprit, d’une tradition locale ancrée et peu importe s’il y a peut-être moins de gens intéressés par cette tradition.

 

D’autres villes ont été visées par ce type de procédure, comme Dax, Carcassonne, Nîmes et Béziers.

PUBLICITE