Avec seulement 12 vaquitas dans le monde, l’espèce est au bord de l’extinction

ADVERTISING

Malgré tous les efforts des scientifiques, la population de vaquitas ne cesse de diminuer de manière dramatique. Alors qu'à la fin de l'année dernière, leur nombre était estimé à une trentaine, ils ne sont désormais plus que 12.

 

Le vaquita, ou marsouin de Golfe de Californie, a été décimé au cours de ces dernières années par les filets maillants destinés à capturer le totoaba, de manière totalement illégale. La vessie natatoire du totoaba est très demandée, particulièrement en Chine.

 

Source : Flip Nicklin

 

Et malheureusement, cette pêche illégale ne semble pas près de s'arrêter. Andrea Crosta, directeur de l'organisation Elephant Action League, explique :

 

Je pense que [les pêcheurs] attendent en réalité que le vaquita disparaisse pour pouvoir pêcher encore plus et avec encore moins de restrictions.

 

Le gouvernement mexicain, dont dépendent les eaux où se trouve le marsouin, a tenté de limiter l'utilisation des filets maillants, sans grand succès. L'intervention des autorités n'a en effet pas découragé les pêcheurs clandestins, qui ont continué leur activité sans être inquiétés.

 

Source : Earth.com

 

Le Mexique a également tenté d'endiguer la disparition programmée du vaquita en mettant en place un plan d'urgence, baptisé VaquitaCPR. Ce plan s'est malheureusement soldé par un cuisant échec, après la mort, en novembre 2017, d'une femelle vaquita capturée par les scientifiques ; leur but était de déplacer l'animal dans un espace sécurisé, afin de favoriser la reproduction.

 

Malheureusement, les vaquitas sont des animaux très sensibles au stress, et la femelle n'a pas survécu au choc. Face à cette tragédie, le programme VaquitaCPR, qui avait par ailleurs été très critiqué par des associations comme la Sea Shepherd, a été suspendu.

 

Source : AFP

 

Andrea Costa, quant à lui, ne se montre pas spécialement optimiste quant à la survie de l'espèce :

 

Je ne sais pas s'ils comptent reprendre la capture des derniers vaquitas, peut-être en utilisant une méthodologie différente. Mais peu importe leur choix, je ne pense pas, personnellement, qu'un nombre viable de vaquitas survivra à la prochaine saison de pêche illégale du totoaba.

 

Sans évolution ou changement, le vaquita semble condamné à disparaître. L'année 2018 semble par ailleurs s'annoncer comme une année noire pour les espèces menacées. Le 19 mars, Sudan, le dernier mâle rhinocéros blanc du Nord est décédé de maladie, emportant avec lui tous les espoirs, ou presque, de survie de son espèce.

 

Via : Mongabay

ADVERTISING