AVA dénonce la protection de la chasse à courre par l’État

ADVERTISING

La préfecture de l’Oise semble avoir choisi son camp. Une semaine après l’affaire du cerf traqué dans le centre de Compiègne, les autorités ont interdit les manifestations d’opposition à la chasse à courre, comme le dénonce l’association AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui).

 

Depuis le 25 septembre, les forces de gendarmerie sont ainsi stationnées en forêt pour « disperser tout attroupement qui se constituerait dans les forêts de Compiègne, Ourscamp-Carlepont, Halatte, Laigue, Chantilly et Ermenonville les mercredis et samedis de 6h à 20h durant la saison de chasse ».

 

Publiée par Stan Broniszewski sur Samedi 26 septembre 2020

 

L’arrêté préfectoral entend ainsi empêcher les manifestants de « s’en prendre aux chasseurs et aux chiens ». L’association AVA dénonce :

 

Le présent arrêté préfectoral, en plus de se fonder sur des mensonges répugnants, accusant notre collectif de violences que nous avons au contraire toujours subies et documentées sans répondre […] est d’un arbitraire absolu, les définitions d’attroupement et de trouble n’étant pas clairement prédéfinies.

 

L’État se range donc du côté des chasseurs, qui ne sont pourtant qu’une poignée. La chasse à courre est pratiquée par environ 10 000 personnes en France. Elle jouit par ailleurs d’une très mauvaise réputation auprès de la très grande majorité de la population, qui réclame son interdiction. D’autant que les incidents se multiplient et font la une des journaux, alimentant l’hostilité grandissante.

 

Ava poursuit :

 

Cette décision révoltante met en lumière encore un peu plus l’aspect anti-démocratique du maintien de cette chasse dans notre pays. Elle intervient alors que l’équipage récidiviste a déjà obtenu la privatisation d’un partie de la forêt de Compiègne par le biais d’un autre arrêté préfectoral.

 

Source : DR

 

Face à la décision de la préfecture, l’association estime que les autorités tentent de faire taire les voix dissidentes.

 

Cet appel de la Préfète à la mobilisation militarisée contre AVA, cette légalisation de l’emploi des armes contre AVA, cette scandaleuse soumission aux franges les plus jusqu’au-boutistes des obscurantistes prônant et pratiquant la chasse à courre… Tout cela est inacceptable et les institutions doivent reculer ! La décision de la Préfète de l’Oise doit être révoquée, maintenant !

Pet Alert a lancé une grande pétition pour demander une réforme en profondeur de la chasse en France, alors que de plus en plus de citoyens réclament des mesures concrètes. Pet Alert exige notamment l’interdiction définitive de la chasse à courre, jugée comme archaïque et barbare. Cliquez ici pour la signer.

ADVERTISING