Ardennes : scandale après une partie de chasse

ADVERTISING

158 sangliers. C’est le sanglant bilan d’une partie de chasse qui s’est tenue dans la forêt de La Croix-Aux-Bois, dans les Ardennes, mercredi 27 novembre 2019. 84 chasseurs s’étaient en effet réunis pour une battue de grande ampleur, comme le rapporte le site Le Point.

 

Mais sur place, les choses ont très vite dégénéré. La chasse a duré plusieurs heures : plus de 300 balles ont été tirés, et très vite, les cadavres de sangliers se sont empilés, sans qu’aucun ordre d’interruption ne soit donné. Un des participants a même témoigné anonymement :

 

Il n’y a plus aucun respect de l’animal, cela ne doit pas se reproduire. Dans le lot, certaines bêtes sont sûrement parties blessées, d’autres n’ont pas été retrouvées, une partie du gibier était inexploitable. Il n’y avait pas d’honneur.

 

Source : Pixabay

 

S’ajoute, selon lui, un manque total de sécurité et de communication :

 

C’était ridicule. Nous sommes la risée des gens, catastrophés, qui en ont entendu parler. Et, en termes de sécurité, c’était limite. D’ailleurs, cela s’est passé juste à côté de Grandpré, où a déjà eu lieu un accident de chasse récemment.

 

On compte, en règle générale, une quarantaine de bêtes tuées lors de ce genre de battue. Rien à voir, donc, avec les 158 sangliers abattus en à peine quelques heures. La fédération de chasse des Ardennes, par la voix de son président, Jean-Pol Gambierr, condamne fortement ce qui est arrivé mercredi.

 

[Cela] nuit considérablement à l’image de la chasse. Quand ils ont entendu que ça tirait autant, il fallait arrêter. Trois coups de trompe et c’était fini.

 

Source : Pixabay

 

Du côté de l’Amicale de la chasse du chêne pâté, qui a organisé la chasse, on tente de minimiser les événements. René Debrosse, directeur de la chasse et ancien président de l’association, explique :

 

Ce qui est arrivé est un coup de sort. Pour l’éthique de la chasse, ça fait beaucoup. J’aurais préféré en faire 20 ou 30 par jour de chasse, mais on ne choisit pas.

 

Il admet cependant :

 

Normalement, il faut quatre balles tirées pour un prélèvement [NDLR : par sanglier]. On aurait dû en avoir seulement 80.

ADVERTISING