Amazonie : un impact négatif à long terme sur les animaux

ADVERTISING

L’Amazonie brûle depuis près de deux mois, au Brésil. Si l’impact sur la santé générale du globe est déjà catastrophique, les animaux qui vivent dans ces forêts sont également gravement touchés par les flammes, comme le rapporte le site d’informations BFMTV.

 

D’après William Magnusson, chercheur spécialisé dans la biodiversité, en poste au National Institute of Amazonian Research (INPA) de Manaus, au cœur de l’Amazonie, « rien n’est adapté pour les incendies ».

 

Source : AFP

 

Mazeika Sullivan, professeur associé à l’université de l’Ohio, poursuit :

 

Vous avez immédiatement des gagnants et des perdants, et dans un milieu qui n’est pas adapté aux incendies, vous avez beaucoup plus de perdants que dans d’autres milieux.

 

Les animaux les plus rapides, comme les félins, pourront beaucoup plus facilement échapper aux feux de forêt, contrairement aux animaux plus lents, à l’image des paresseux ou des fourmiliers, qui périront dans les flammes.

 

Source : Wikipédia

 

D’après le média américain CNN, les incendies impacteront aussi la flore et la faune aquatiques, en modifiant la chimie et la température de l’eau. De manière générale, les feux risquent de changer durablement l’écosystème et le milieu. Pour cette raison, certaines espèces seront sans doute contraintes de migrer pour survivre. D’autres sont menacées dans leur survie directe, comme le toucan, qui voit ses réserves de nourriture partir en fumée.

 

Si les feux se poursuivent, le point de non retour risque ainsi d’être franchi. Le temps presse. Le G7, qui s’est tenu quelques jours plus tôt, a mis au centre de ses discussions le sort de l’Amazonie, mais les échanges ont vite été parasités par des questions d’ego. Jair Bolsonaro a notamment exigé des excuses d’Emmanuel Macron, sans quoi il refuserait l’aide de 20 millions de dollars débloquée par les différents pays, même s’il a finalement changé d’avis face à la pression internationale. Il a également déployé plus de 50 000 militaires pour tenter de faire face au désastre.

 

Source : Pixabay

 

Le président brésilien est d’ailleurs pointé du doigt pour sa responsabilité dans les incendies. Pour William Magnusson, il encourage en effet la déforestation au profit d’intérêts économiques, afin de transformer certaines parties de la forêt en zones d’élevage ou de culture.

ADVERTISING