Alpes-Maritimes : sur la trace des loups

ADVERTISING

Plusieurs loups se sont échappés au début du mois d’octobre du parc Alpha, à Saint-Martin-Vésubie, suite aux intempéries provoquées par la tempête Alex, comme le rapporte le site d’informations France Info. Une partie de l’enclos a été arrachée, et les animaux en ont profité pour s’enfuir.

 

Depuis, les autorités cherchent désespérément à les retrouver. Malheureusement, certains animaux n’ont pas eu cette chance : deux des trois loups arctiques du parc Alpha ont été retrouvés morts. Si quelques loups ont été récupérés et envoyés dans un refuge dans les Deux-Sèvres, six autres demeurent introuvables, au grand dam des autorités.

 

 

L’Office français de la biodiversité a mis une technique très simple en place : disposer de la viande à proximité de l’enclos, demander à la soigneuse d’appeler les animaux, puis les endormir à l’aide de fléchettes hypodermiques. Une fois atteint par la fléchette, l’animal s’enfuit et met cinq à dix minutes à s’endormir. Il est pisté par un chien, afin de permettre aux agents de l’OBF de le retrouver.

 

Mais le 13 octobre 2020, aucun des loups manquants ne s’est approché. Et parmi eux, le mâle alpha de 56 kilos, qu’il est impératif de retrouver. À l’heure actuelle, la meute des six loups s’est séparée : cinq individus d’un côté, et un individu solitaire de l’autre, ce qui complique un peu la tâche de l’OFB. Selon les soigneurs, il est possible que les loups ne survivent pas longtemps dans la nature et finissent par mourir de faim : ils sont en effet habitués à être nourris. Il s’agit également de loups du Canada, et non de loups gris d’Europe, ce qui écarte toute assimilation dans une autre meute.

 

À présent, les autorités craignent que les animaux s’éloignent un peu plus profondément dans la forêt, ce qui rendrait leur traque beaucoup plus difficile.

ADVERTISING