Affaire Pilarski : retour sur l’enquête

ADVERTISING

En novembre 2019, Elisa Pilarski, une jeune femme de 29 ans et enceinte de six mois, est retrouvée morte dans la forêt de Retz, dans l’Aisne. Elle a été dévorée par un chien. Très vite, les soupçons se portent vers son propre animal, Curtis, ainsi que vers une meute de chiens de chasse à courre, présents sur les lieux du drame au même moment. Un reportage de BFTM TV, diffusé au début du mois de janvier 2021, est revenu sur l’affaire.

 

Durant des mois, le propriétaire de Curtis et compagnon d’Elisa, Christophe Elul, et les chasseurs se renvoient la responsabilité. Des tests ADN sont réalisés sur les animaux soupçonnés de l’attaque, mais les résultats traînent à venir et alimentent toutes les théories. Jusqu’à ce que le rapport des experts finisse par tomber à la fin de l’année 2020, près d’un an après le décès tragique d’Elisa : Curtis serait bel et bien le responsable de la mort.

 

Christophe Elul conteste très vite ces résultats, mais depuis plusieurs mois, le comportement de Curtis interroge. Saisi et placé en fourrière, le chien aurait fait montre d’agressivité et a mordu une bénévole. Ses origines étranges posent aussi question. Alors que son propriétaire affirme que l’animal est un croisement entre un Patterdale Terrier et un Whippet, Curtis serait en réalité apparenté Pitbull. M.Elul l’a acheté aux Pays-Bas, et non en France, où cette race de chien, classée en catégorie 1, est interdite à la vente et à l’achat. Selon son avocat, Christophe Elul ignorait la race réelle de son chien :

 

Il a acheté le chien quand il avait trois mois. Avec les papiers qui lui ont été fournis, il n’était pas censé connaître l’origine de ce chien, n’était pas censé douter de l’origine figurant sur les papiers.

 

Source : DR

 

Des propos que démente une proche de la famille :

 

Nous, on connaissait la vérité, on ne savait pas que c’était des faux papiers, mais on savait que c’était des vrais pitbulls. Tout le monde le savait dans l’entourage proche.

 

Par ailleurs, un message de Christophe Elul sur les réseaux sociaux met à mal l’argumentaire de la défense :

Drago et Curtis, ce sont de vrais pitbulls, leurs origines sont conçues pour faire des chiens de combat, des machines de guerre en combat.

 

Christian Diaz, auteur du rapport vétérinaire, va en ce sens :

 

Ce chien ne se contrôle pas, quand il mord, rien ne peut l’arrêter, y compris l’ordre. Quand il s’arrête de mordre, c’est pour mordre autre chose.

 

Le propriétaire de Curtis a cependant demandé une contre-expertise, toujours convaincu que son chien ne peut être impliqué dans la mort d’Elisa Pilarski.

ADVERTISING