Affaire Elisa Pilarski : résultats ADN connus fin août

ADVERTISING

Après presque un an, l’affaire Élisa Pilarski trouvera peut-être enfin sa conclusion à la fin du mois d’août 2020. En effet, les résultats des tests ADN réalisés sur 67 chiens devraient enfin être connus, comme le rapporte le journal La Voix du Nord.

 

Élisa est morte en novembre 2019, dans la forêt de Retz, dans l’Aisne. La jeune femme, enceinte de 6 mois et âgée de 29 ans, a succombé à des morsures de chien. Depuis, toute la question est de savoir quels sont les animaux responsables de ce drame. S’agit-il de Curtis, le chien d’Élisa, qui se trouvait avec elle au moment des faits ? Sont-ce les chiens de chasse, qui participaient à une chasse à courre au même moment ?

 

Source : DR

 

Pour la mère d’Élisa, Curtis ne peut avoir attaquer sa fille.

 

Jamais elle ne serait sortie promener seule un chien en qui elle n’avait pas pleinement confiance.

 

Curtis avait montré des signes d’agressivité après son placement en fourrière, le temps de l’enquête, mais l’avocat du compagnon d’Élisa, Christophe Ellul, avait imputé cette agressivité aux conditions de détention de l’animal, dans un environnement stressant. Curtis a finalement été placé dans un autre lieu, tenu secret, et n’a plus fait montre d’agressivité depuis deux mois.

 

Une bénévole de la SPA de Beauvais a expliqué de son côté ne pas croire à la culpabilité des chiens de chasse, se demandant également pourquoi les secours n’ont pas été contactés par Élisa ou par Christophe. Antoine Gallon, chargé de la communication pour la vénerie en France, a déclaré :

 

Je suis convaincu que nos chiens n’ont aucune responsabilité dans cette affaire, ce n’est pas leur comportement.

 

La mère d’Élisa, qui attend avec impatience les résultats, conclut :

 

C’est long, très long. Je suis dans un état d’esprit où maintenant, j’ai besoin de réponses, besoin de savoir ce qu’il s’est passé.

ADVERTISING