4 chiens morts retrouvés dans des sacs poubelle dans le Vaucluse. Une enquête est ouverte

ADVERTISING

Quatre cadavres de Bergers Malinois ont été découverts à la fin du mois de mars 2018, à Mirabeau, dans le Vaucluse. Les animaux, enfermés dans des sacs poubelle, avaient ensuite été jetés en bord de route, comme le rapporte le site d'informations 20 Minutes.

 

Après la terrible découverte, une association, Les Amis de Sam, a décidé de lancer un appel à témoin sur Facebook, en publiant la photographie du corps des quatre chiens. Le message a été partagé plus de 90 000 fois, et certains internautes ont pensé avoir reconnu à qui appartenaient les pauvres bêtes.

 

Source : Les Amis de Sam

 

Aurélie Abeille, la vice-présidente de l'organisation, confie ainsi à 20 Minutes qu'ils "ont une très bonne piste". L'autopsie pratiquée n'a pas permis de déterminer avec exactitude les causes de la mort, mais la mâchoire crispée des chiens indiquerait hélas qu'ils ont souffert. Ils auraient été étouffés ou empoisonnés.

 

Source : Les Amis de Sam

 

Sylvie Roche, la présidente des Amis de Sam, pense que le coupable est un particulier qui a tenté de faire reproduire ses chiens avant de vendre les chiots. En effet, les quatre animaux ont entre 4 et 7 mois. Elle a ainsi déclaré dans les colonnes de France Bleue Vaucluse :

 

Ça n’a pas fonctionné et comme à six sept mois ils commencent à coûter cher en nourriture, les gens ont préféré les tuer.

 

Source : Les Amis de Sam

 

L'appel à témoin a en tout cas porté ses fruits, car un voisin a fini par dénoncer une famille, déjà suspectée par les internautes. Aurélie Abeille explique :

 

Quatre chiens comme ça, qui disparaissent du jour au lendemain, ça ne doit pas passer inaperçu vis-à-vis du voisinage.

 

Source : Les Amis de Sam

 

C'est désormais à la gendarmerie de vérifier les faits et d'agir si nécessaire.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

ADVERTISING