36 ans plus tard, l’orque la plus solitaire du monde est toujours captive de ce minuscule bassin

ADVERTISING

À l'âge tendre de 4 ans, une jeune orque a été brutalement arrachée à sa mère dans l'estuaire américain du Puget Sound, où les eaux douces du fleuve rencontrent l'océan Pacifique.

 

Quarante-cinq ans plus tard, "Lolita" vit seule, dans un petit bassin du Miami Seaquarium.

 

La femelle orque, aujourd'hui âgée de 49 ans, est non seulement la plus ancienne représentante de son espèce vivant en captivité, mais également le cétacé enfermé dans le plus petit bassin des Etats-Unis.

 

En effet, la cuve ne dépasse pas quatre fois sa taille.

 

Contrairement à la malheureuse Lolita, les épaulards sauvages peuvent nager plus de 160 kilomètres par jour et jusqu'à près de 183 mètres de profondeur. C'est dire combien les conditions de sa captivité sont sinistres.

 

One of our favorite pictures of Lolita – clearly illustrating her small tank's size and the lack of shade she has from…

Posted by Free Lolita the Orca! on Wednesday, 30 May 2012

 

De plus, les orques sont des animaux très sociables, qui se déplacent, jouent et chassent en groupe.

 

Mais Lolita, elle, n'a plus rencontré de camarade de jeu depuis 1980, année où son seul ami, Hugo, est malheureusement décédé.

 

Hugo est mort d'un anévrisme cérébral, après s'être violemment cogné la tête à plusieurs reprises contre les parois du bassin.

 

Aujourd'hui Lolita passe ses journées seule, dans une petite cuve stérile, "nageant" en arrière dans un espace aux dimensions équivalentes à celles d'une flaque d'eau pour le grand mammifère marin qu'elle est.

 

lolita-free-her-1Source: @FreeLolitaTheOrca

 

En mars dernier, la société de parcs aquatiques SeaWorld a annoncé qu'elle n'éleverait plus d'orques en captivité et que les spectacles controversés seraient progressivement arrêtés.

 

Cette décision semble intervenue à la suite de débats houleux provoqués par la diffusion du documentaire Blackfish, qui a mis à mal l'éthique du parc.

 

Ce reportage instructif retrace la vie tragique de Tilikum, un orque rendu fou qui, en 2010, a fini par tuer son entraîneur, Aube Brancheau.

 

Après l'annonce de SeaWorld, le directeur général du Miami Seaquarium, Andrew Hertz, a publié à son tour une déclaration, dans laquelle il affirmait que Lolita resterait malheureusement captive.

 

Nous allons poursuivre notre engagement en faveur de l'éducation, la protection et la valorisation de toutes les espèces marines, y compris Lolita, notre orque pensionnaire.

 

“Tous les résidents du parc jouent un rôle important dans la mission du Miami Seaquarium, pour éduquer le public sur la nécessité de préserver l'environnement marin et ses espèces vivantes », a t-il indiqué.

 

Regardez la vidéo montrant combien la solitude et l'ennui de Lolita sont tragiques :

 

 

Tragiquement, Lolita ne semble ainsi pas près de goûter un jour à la liberté dont elle a été brutalement privée.

 

Mais les défenseurs des animaux ne se résignent pas. Plusieurs associations comme Orca Network se mobilisent en effet chaque jour pour lui offrir une vie meilleure.

 

free-lolita

 

Si comme nous, vous pensez que le maintien en captivité de ces animaux est digne d’un autre âge, vous pouvez signer la pétition appelle à la fermeture du Marineland d’Antibes, en France.

ADVERTISING