35 parlementaires contre la corrida

ADVERTISING

Alors que la Fondation Brigitte Bardot vient tout juste de lancer une campagne d’affichage contre la corrida, 35 parlementaires ont décidé de demander l’interdiction de cette « tradition », qu’ils dénoncent comme une « pratique barbare ».

 

Dans une tribune, parue dans le Journal du Dimanche, ils affirment que la corrida « n’a pas sa place dans un pays civilisé ». Aujourd’hui, en France, parler d’interdire ce spectacle d’un autre temps est cependant tabou. Les élus dénoncent :

 

Il n’est pas de démonstration plus évidente de maltraitances exercées sur des animaux que le spectacle donné dans les arènes, mettant en scène la persécution d’un taureau désorienté et sa mise à mort, après capitulation, sans étourdissement préalable.

 

Source : Pixabay

 

Avant d’ajouter :

 

Ces spectacles d’une cruauté sans nom sont en total décalage avec la sensibilité des Français pour les animaux et avec les évolutions éthiques engagées dans notre pays pour rattraper le retard accumulé pendant des années de mépris pour la condition animale.

 

La tribune des parlementaires rappelle qu’une immense majorité des Français (plus de 80 %) se sont prononcés contre la dérogation accordée par la justice à la corrida. Car à l’heure actuelle, le Code pénal ne reconnaît pas cette pratique comme un acte de cruauté et la dédouane même, au nom d’une tradition locale ininterrompue. C’est pour cette raison que les signataires demandent l’abrogation de l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal.

 

Ils demandent également, dans l’attente de l’abrogation, l’interdiction de l’accès des arènes aux mineurs.

 

Cette mesure de précaution, soutenue par 86 % des Français, n’est pas une fin en soi mais doit être adoptée immédiatement, dans l’attente de l’interdiction stricte de ces spectacles sanglants sur l’ensemble du territoire national. 

 

Source : Pixabay

 

Plusieurs pays dans le monde, où se pratiquait la corrida, ont déjà pris position contre cette dernière. Le Chili, l’Argentine, Cuba et l’Uruguay ont ainsi progressivement banni ces spectacles de leur territoire. En Espagne, autre bastion de la corrida, la Catalogne a fait le choix elle aussi de l’interdire en 2010. Pour les parlementaires :

 

La France doit remettre en question ce droit acquis à la souffrance animale, et cesser d’autoriser cette torture d’animaux en public dans certaines de ses régions.

ADVERTISING