281 ours tués à l’arc lors d’une chasse scandaleuse soutenue par les autorités locales

PUBLICITE

281 ours viennent d'être abattus lors des deux première journées de la session de chasse à l'ours se déroulant du 10 au 15 octobre dans le New-Jersey, aux États-Unis.

Comme si cet évènement n'était pas assez déplorable en soi, il met cette année à l'honneur – pour la première fois depuis des décennies –  la chasse à l'arc et a donc permis aux chasseurs de tuer les ours à l'aide de flèches.

 

 

Seule la chasse à l'arc sera autorisée durant les trois premiers jours de cette édition de chasse à l'ours, a annoncé le Département de Protection de l'Environnement du New Jersey (DEP). Après quoi, les chasseurs pourront de nouveau abattre les ours au fusil.

 

hunt-newjersey-8Source : NJ.com

 

Sans surprise, l'évènement suscite l'indignation des défenseurs des animaux. Jennifer Place, activiste associée à l'ONG de protection animale Born Free USA affirme au site The Dodo :

 

Abattre des ours avec des arcs et des flèches, c'est leur infliger une agonie bien plus lente et douloureuse. Rien que durant les deux premiers jours de cette saison de chasse à l'ours , plus de 200 d'entre eux ont péri de manière atroce, et c'est sans compter tous ceux qui ont été blessés mais ont réussi à échapper aux chasseurs. Certains d'entre eux sont grièvement blessés et vont passer des jours à souffrir avant de mourir. 

 

hunt-newjersey-5Source : NJ.com

 

Des propos auxquels le DEP a répondu, via un communiqué de presse, affirmant que cette saison de chasse allait permettre de réduire le nombre d'ours à une quantité raisonnable pour limiter le risque de rencontres avec les habitants.

 

Pourtant, le spécialistes l'affirment : les ours bruns ne s'en prennent pratiquement jamais aux humains. Les risques qu'une personne soit attaquée par l'un d'entre eux est minime ; les rares accidents découlent d'une situation "dans laquelle les ours se sentent menacés", affirme Born Free USA.

 

hunt-newjersey-6Source : NJ.com

 

Une thèse que soutient également Chris Norcott, un photographe animalier qui s'est spécialisé dans les ours bruns. Il explique :

 

Il y a très peu de chances que vous tombiez nez à nez avec un ours bruns car ce sont des animaux très timides et craintifs. Mais comme tout animal sauvage, ils doivent être respectés. 

 

Malgré tout, le DEP n'en démord pas. David Chanda, directeur de la Division de la vie sauve et aquatique du New Jersey soutient la tenue de la session de chance du mois d'octobre, qui permettra selon lui "d'augmenter la probabilité que les chasseurs abattent des ours dans les zones où ils seraient susceptibles de croiser des humains, chose de plus en plus fréquente".

 

hunt-newjersey-1Source : NJ.com

 

Par ailleurs, l'évènement n'établit aucune mesure de protection des mères-ours et de leurs petits, qui peuvent être chassés indifféremment des mâles adultes. Cette absence de réglementation est vivement dénoncée par Jennifer Place, qui souligne que "tuer une mère-ours condamne son petit à mourir de faim, à devenir une proie pour d'autres  prédateurs, ou être lui-même chassé".

 

Si nous dénonçons le principe de la chasse par essence, il est d'autant plus révoltant que cette activité puisse être légalement exercée (voire soutenue) par les autorités étatiques même lorsqu'elle est effectuée de manière archaïque à l'aide d'arc ou de lances.

 

Comme l'explique 20 Minutes, on compte aujourd’hui près d'1,3 millions de chasseurs en France, et parmi eux, 17.000 chasseurs à l'arc ; aux États-Unis, la pratique représente un véritable marché avec 3.5 millions de chasseurs à l’arc aux pour 13 millions de chasseurs.

 

Pour inciter le New Jersey à mettre fin à cette cruelle pratique, nous vous invitons à signer cette pétition.

 

hunt-newjersey-4Source : NJ.com

 

Via : TheDodo

 

*     *     *

 

Sur le même sujet

 

Le célèbre skieur Luc Alphand pose fièrement aux côtés d'animaux qu'il vient de tuer

 

luc-alphand-chasse-trophee-5

PUBLICITE