20 000 blaireaux abattus en Angleterre pour protéger les troupeaux de bovins

PUBLICITE

Dans le courant de l'automne 2017, 19 274 blaireaux ont été abattus dans le West Country, en Angleterre, afin de protéger les troupeaux de vaches de la tuberculose bovine, qui a touché de plein fouet la région. Si certains animaux ont été piégés avant d'être achevés par balle, la plupart ont été tués lors de battues où ils ont été tirés à vue, une méthode considérée pourtant cruelle par l'Association des Vétérinaires britanniques.

 

Source : ITV

 

Du côté du Département de l'agriculture, de l'alimentation et des affaires rurales anglais, l'opération est considérée comme un succès. Les autorités comptent agrandir la zone d'abattage l'année prochaine. Pourtant, le blaireau est une espèce protégée en Angleterre, et les défenseurs des animaux sont aussitôt montés au créneau. Dominic Dyer, directeur de l'association Badger Trust, s'insurge :

 

La campagne d'abattage des blaireaux est le pire exemple d'incompétence, de négligence et de tromperie au cœur du gouvernement. Dépenser plus de 50 millions d'argent public pour tuer des dizaines de milliers de blaireaux, sans aucune preuve tangible que cela fera baisser la tuberculose bovine dans le bétail est un affront national.

 

Source : Coventry Telegraph

 

D'autant qu'il n'existe aucune corrélation réelle entre le contrôle des populations de blaireaux et la propagation de la tuberculose bovine. George Eustice, ministre de l'agriculture, a répliqué que cette stratégie portait ses fruits, et que l'abattage de blaireaux faisait partie du dispositif plus général, incluant des tests réguliers sur les troupeaux, pour contrer la tuberculose.

 

Ce n'est pas l'avis de plusieurs scientifiques, qui remettent en cause la durée de l'expérimentation – seulement deux ans – et l'incertitude concernant les causes influant directement sur la transmission de la maladie. Des incidents, pouvant mettre en danger la vie des personnes, ont aussi été rapportés sur les zones d'abattage, où des coups de feu ont été tirés à proximité des manifestants s'opposant à la chasse.

 

Anne Brummer, directrice de l'association Brian May’s Save Me Trust, s'emporte :

 

Le département d'agriculture doit arrêter de produire des données qui ne valent même pas le papier sur lequel elles sont écrites et doit publier réellement des faits. L'abattage est un échec pour les fermiers, le bétail et les blaireaux. C'est mal conçu, plein de mauvaises pratiques, et nous devons agir ensemble pour vaincre le véritable ennemi : la tuberculose bovine.

 

* * *

 

PUBLICITE