106 chevaux « en détresse » secourus par l’association 30 Millions d’Amis en Vendée

ADVERTISING

Ce lundi 22 janvier, en Vendée, l'association 30 Millions d'Amis intervient en présence de la gendarmerie dans un élevage de chevaux jugés "en détresse".

 

La DDPP (Direction départementale de la protection des populations) de Vendée, l’IFCE (Institut français du Cheval et de l’équitation), la Fondation Brigitte Bardot, la SPA, et bien d'autres associations telles que Urgence maltraitance animal, 2e Souffle ou encore Les Crins de La Liberté, se sont également mobilisées afin d'aider au sauvetage de ces 106 chevaux.

 

Source : 30 Millions d'Amis

 

Détenu par un couple d'éleveurs, cet élevage fait l'objet d'un sauvetage d'urgence après qu'un signalement a été lancé pour venir en aide à cette centaine de chevaux en danger.

 

Selon 30 Millions d'Amis, qui relaye directement cette information depuis son site internet, les chevaux présents dans l'élevage vivraient dans des "conditions pitoyables".

 

Affamés et assoiffés, certains sont blessés et la plupart ne dispose pas des soins les plus élémentaires. Pire encore, plusieurs cadavres ont été retrouvés sur place d’où l’extrême urgence de cette intervention.

 

C'est face à la gravité de la situation que l'association a dû intervenir de toute urgence afin de placer les chevaux en sécurité et de leur prodiguer les soins nécessaires pour les remettre sur pieds.

 

Source : actu.fr

 

Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 Millions d’Amis, s'indigne :

 

Les mauvais traitements infligés à ces animaux sont connus depuis des années… Encore une fois, je m’étonne que les autorités mettent si longtemps avant d’intervenir ! Aujourd’hui, l’essentiel est de retirer tous ses chevaux à cet éleveur pour l’empêcher de recommencer et tenter de les mettre hors de danger.

 

En effet, juridiquement, les associations de défense et protection des animaux n'ont le droit d'intervenir que sur accord des services de l'Etat. Il leur est donc impossible de venir en aide à des animaux en détresse dans le cas contraire.

 

Source : Ouest France

 

Dans ce cas-ci, c'est une ordonnance de placement du tribunal des Sables d'Olonne qui a permis à l'association de se mobiliser.

 

Les chevaux seront placés dans des pensions afin d'être soignés et réalimentés progressivement.

 

Le couple d'éleveurs, lui, a été placé en garde à vue.

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (il va adorer) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service de nutrition (découvrez l'alimentation sur-mesure pour votre chien). Merci de nous faire confiance !

ADVERTISING