La directrice de refuge qui a tué plus de 2000 chiens et chats condamnée à 3 ans de prison

PUBLICITE

C’est une affaire qui a bouleversé le monde de la protection animale en Espagne. Le 9 janvier, le tribunal de Malaga a finalement reconnu Carmen Marin Aguilar, la directrice d’un refuge pour animaux, coupable d’avoir tué des milliers de chats et de chiens en bonne santé. La femme âgée de 72 ans a été condamnée à trois ans et neuf mois de prison et 19 800 euros d’amende pour acte de cruauté envers les animaux et falsification de documents.

 

parque-animal-scandale-refuge-4

Carmen Marin Aguilar, la directrice de Parque Animal, lors d’une audience. Source : El Refugio

 

(Attention, certaines images sont difficiles.)

 

Les faits se sont déroulés entre janvier 2009 et octobre 2010 au refuge Parque Animal, situé à Torremolinos, près de Malaga. Au cours de cette période, la présidente de l’établissement, aidée d’un complice, a mis à mort 2183 chats et chiens en bonne santé en leur injectant, sans les avoir préalablement endormis, des substances mortelles.

 

Le complice, Felipe Barco Gamez, a été condamné à un an de prison et 3600 euros d’amende.

 

 

Parque Animal fonctionnait officiellement comme un refuge à but non lucratif. Les juges ont reconnu les deux accusés coupables d’avoir éliminé ces animaux afin de réduire les frais de fonctionnement et de « faire de la place » aux activités lucratives du refuge, comme le toilettage et les soins vétérinaires que Carmen Marin Aguilar proposait alors qu’elle n’avait aucun diplôme de vétérinaire.

 

 

2000animauxmorts-ref-3Source : El Refugio

 

Pour mettre à mort les animaux, les deux complices utilisaient des produits euthanasiant en quantités inférieures aux normes préconisées, là encore pour réduire les coûts. Ils les injectaient dans les muscles des victimes et non dans les veines, leur causant « une agonie douloureuse et prolongée ». Pour ne pas éveiller les soupçons, ils désactivaient les caméras de surveillance et diffusaient de la musique à haut volume pour masquer les hurlements des bêtes.

 

C’est une inspection sanitaire ordonnée en octobre 2010 qui avait alerté les autorités et conduit, six ans plus tard, à cette condamnation.

 

parque-animal-scandale-refuge-2

Des défenseurs des animaux réclamant que justice soit rendue au moment du procès de la principale accusée. Source : El Refugio

 

En France, l’article 512-1 du Code pénal prévoit une peine maximale de deux ans de prison accompagnés de 30 000 euros d’amende pour les tortionnaires d’animaux. Une peine insuffisante au regard des sanctions réservées à d’autres délits.

 

La Fondation 30 Millions d’Amis a lancé une pétition pour demander que l’article 512-1 du Code pénal soit révisé et que les sanctions soient aggravées. Pour la signer, cliquez ici.

 

* * *

 

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (découvrez nos repas pour chien et chat). Merci de nous faire confiance !

PUBLICITE