50 000 Lévriers jugés « inutiles » vont bientôt être massacrés. Et c’est chaque année la même chose

PUBLICITE

C’est un scandale qui se répète chaque année. En février, en Espagne, des milliers de Lévriers sont brutalement mis à mort alors que la saison de chasse se termine. Appelés « Galgos », ils sont les chiens privilégiés des chasseurs espagnols qui les font naître par milliers tous les ans.

 

À la clôture de la saison, s’ils sont trop vieux ou que leur propriétaire les considèrent déjà « usés », ou encore parce qu’il ne veut pas continuer d’assumer les frais de nourriture jusqu’à la prochaine période de chasse, ils sont exterminés ou abandonnés.

 

Galgos-Greyhound-chasse-5Source : LévrierSansFrontières

 

Les Lévriers sont alors victimes d’un déchaînement de violence sans égal. Les « galgueros », les chasseurs, rivalisent de cruauté pour se débarrasser de ces animaux devenus encombrants. Ils sont ainsi nombreux à les prendre quand ils vont pas jusqu’à les jeter au fond d’un puits ou d’une falaise, ou encore à les brûler vifs…

 

Galgos-Greyhound-chasse-15Source : VICE

 

 

Certains encore préfèrent les laisser mourir de faim ou de soif dans leur box. Les plus chanceux seront simplement abandonnés dans la nature et pourront trouver de l’aide auprès d’associations qui organisent des opérations de sauvetage.

 

Leurs conditions de vie et leur « entraînement » sont également révoltants. Les chiens vivent en effet le plus souvent entassés dans des hangars, sans accès à de la nourriture ou de l’eau en quantités suffisantes. Pour les faire courir le plus vite possible, il est courant de les attacher à un véhicule roulant à vive allure et de les forcer à suivre.

 

Galgos-Greyhound-chasse-11Source : Viméo

 

Les associations de défense des animaux espagnoles avancent le chiffre de 50 000 chiens qui subiraient ce qu’elles qualifient d' »l’holocauste des Lévriers ».

 

« Le Galgo n’a aucune valeur »

En Espagne, il y aurait 190 000 chasseurs qui utilisent des Galgos. Et s’ils se permettent de telles atrocités avec ces animaux, c’est que leur vie n’a aucune valeur à leurs yeux.  Sur son site, l’association française Lévrier Sans Frontières explique en effet :

 

Il est important de comprendre que le Galgo n’a aucune valeur dans ce pays, que ces chiens sont élevés en masse et que les jeunes et meilleurs « sujets » remplaceront ceux qui ont deux ou trois saisons de chasse derrière eux.

 

 

Galgos-Greyhound-chasse-10Source : LévrierSansFrontières

 

Les chiens sont ainsi considérés comme de la marchandise jetable et leur reproduction est excessive et incontrôlée. Il est ainsi très facile pour les chasseurs de s’en procurer autant qu’ils le veulent et d’avoir chaque année des animaux jeunes. Ceux qui ont réalisé les meilleures performances auront des chances d’échapper provisoirement au massacre et d’êre garder pour la saison suivante.

 

Galgos-Greyhound-chasse-1Source : LévrierSansFrontières

 

Les associations se mobilisent sur le terrain

En Espagne, en Italie et en France, les associations sont nombreuses à dénoncer ces atrocités et à offrir une seconde chance aux Galgos rescapés.

 

L’association italienne ENPA Progetto Spagna par exemple, s’est ainsi rapprochée de deux organisations espagnoles Galgos en Familia et ACUNR et récupère chaque année des centaines de Galgos qui seront disponibles à l’adoption en Italie. Samedi 4 février 2017, sept Lévriers et Terriers récupérés par la 61e opération de sauvetage de l’association ENPA arriveront à Bergame, en Lombardie.

 

En France, plusieurs associations proposent des Lévriers espagnols à l’adoption. On peut notamment citer Sos-Chiens-Galgos et Lévriers Sans Frontières.

 

ENPA-Progetto-Spagna-galgos-1

L’association ENPA Progetto Spagna au cours de la dernière opération de sauvetage de Galgos, en décembre 2016. Source : ENPA Progetto Spagna

 

57 000 signatures contre le massacre

Ce 1er février, décrétée « Journée mondiale des Galgos« , la Fondation Brigitte Bardot a  quant à elle tenu à rappeler l’horreur de cette tradition en partageant un message sur sa page Facebook :

 

Au nom de la « tradition », un chasseur peut tuer son animal si celui-ci n’a pas été assez efficace pour ramener des proies. Ces animaux sont alors victimes de tortures et d’actes de barbarie tous plus ignobles les uns que les autres… pour « laver l’honneur » de leur soi-disant maître. La Fondation Brigitte Bardot et sa Présidente luttent depuis longtemps pour l’abolition de cette ignoble « tradition ».

 

Aujourd’hui, 1er février, c’est la Journée mondiale des Galgos.
Une journée pour rappeler le sort inhumain et cruel dont…

Posted by Fondation Brigitte Bardot on Wednesday, 1 February 2017

 

L’année dernière déjà, l’ancienne actrice avait écrit au roi d’Espagne et avait lancé  une pétition demandant la fin du massacre. Pour la signer, cliquez ici.

 

* * *

Chez Holidog, nous voulons améliorer la vie de nos compagnons : nous vous permettons de le laisser en famille d’accueil pendant vos voyages (testez la garde), de le combler avec une box chaque mois (une box offerte ici) et de lui donner le meilleur avec notre nouveau service d’alimentation ultra-premium livré en 1h (sur invitation seulement). Merci de nous faire confiance !

 

* * *

 

Sur le même sujet

 

Massacre des Lévriers en Espagne : déjà 500 chiens sauvés grâce à cette association

 

PUBLICITE