En France, plus de 1100 dauphins échoués depuis le début de l’année

animaux-mer-dauphins

Photo de MICHEL GANGNE / AFP

C’est un phénomène qui s’accélère, selon l’AFP. Depuis janvier 2019, plus de 1100 dauphins ont trouvé la mort sur la côte Atlantique, selon l’observatoire Pelagis : un chiffre en constante augmentation depuis 2017.

 

Dans le Golfe de Gascogne, les dauphins ont l’habitude de chasser le bar et le merlu. Le problème, c’est qu’ils ne sont pas seuls : les pêcheurs français aussi ciblent ces poissons. Ainsi, des milliers de dauphins se sont trouvés piégés dans les filets de pêches, parfois jusqu’à l’asphyxie.

Lamya Essemlali, membre de l’association Sea Shepherd France dans le journal 20 minutes, s’insurge :

 

“On le sait, les captures dans les filets de pêche sont la première cause de mortalité des mammifères marins et la première menace sur leur survie.” 

 

Pour Olivier Le Nézet, président du Comité des pêches maritimes et des élevages marins de Bretagne, les dauphins seraient victimes de l’augmentation de leur population et du réchauffement climatique, ce qui n’est pas confirmé par les chercheurs.

Après tout, les bateaux de pêches sont censés être équipés de pingers, un répulsif sonore qui devrait éloigner les dauphins et limiter de moitié leur capture selon le Comité National des pêches et élevages marins. Seulement voilà : selon le ministère de l’écologie, tous les navires ne sont pas équipés de ces appareils.

 

C’est pourquoi le gouvernement a décidé d’augmenter le budget de l’Observatoire Pelagis de 100000 euros (atteignant ainsi 400000 euros), afin de mieux étudier le phénomène, envisageant même la création de “sanctuaires marins”. Parce que le problème concerne aussi les espagnols et les portugais qui partagent nos côtes maritimes, les mesures seront peut-être même portées au niveau européen.

De son côté, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer lancera au mois de juin le “Licado”, un projet d’innovation visant à améliorer les pingers.

 

Pour Lamya Essemlali, plus que les innovations, le problème reste surtout l’impunité:

 

“On ne met pas les contrôles suffisants et encore moins de sanctions suffisamment dissuasives pour enrayer le problème, donc il y a une sorte d’impunité ambiante autour de ce sujet-là qui est scandaleuse.”

ADVERTISING